BRUNO BRISON les puits de lumière

L’artiste, dans sa jeune maturité nous raconte l’histoire de la quête de l’élévation de l’Homme face à ses incertitudes, ses questionnements et sa part d’ombre.

Après avoir abordé l’art très particulier de la mosaïque sous ses diverses facettes, Bruno BRISON élargit la pièce de son puzzle pour nous conduire, j’oserai dire de manière inévitable au format quadrangle de la lucarne.

Ses croquis rapides de perspectives portent le regard vers le haut, vers le meilleur, vers l’infini…

Pour certaines tribus africaines, la part d’ombre d’une personne est son essence, sa part de lumière est son âme. La lumière et l’ombre sont le symbole des deux principes fondamentaux unis par leur indispensable complémentarité.

Que veut nous dire l’artiste, dans ce schéma aléatoire?

L’espérance est nécessaire à l’homme dans ce concept de vie qui le pousse à son élévation. Le monde est né du Chaos et reste le chaos et en absence de lumière le passé s’efface. Seul persiste l’avenir. Mais que fait-on du présent qui chaque jour se renouvelle ?

La lumière, placée très haut comme symbole du savoir prouve que le chemin qui conduit à la connaissance est escarpé.

La répétition de la forme quadrangulaire déclinée de manière sérielle, implique dans la démarche de Bruno BRISON un vrai désir de se rapprocher de la vérité…de la perfection, mais avec ce sentiment si noble qui l’honore ; l’humilité de l’artiste face à ses Maîtres.

Le puits de lumière est un chakra et dans sa consistance onirique, la lumière apaise, soulage et interpelle. Ce qui augure longue vie au principe de la création abordé par ce peintre qui n’a pas choisi une voie sans surprises.

Mylène VIGNON Historienne de l’art - critique d’art

Les puits de lumières

                     

                                                                                                                                                                                                            

L'artiste reste détourné de tout intérêt mercantile et pécuniaire. Seuls comptent en premier son travail de recherche et sa production. La création sera pour lui un besoin intérieur, voire une nécessité vitale ou encore un but et un sens à sa vie. Dans nos sociétés actuelles, le peintre se consacrera rarement à sa seule activité picturale. Pour vivre, il occupera des emplois peu en rapport avec ses aspirations artistiques. Parfois il exercera une profession choisie et satisfaisante qui lui permettra de pratiquer en parallèle son métier de peintre. On trouve là le plus grand nombre, les semi-professionnels. Le matériel et les fournitures coûtent beaucoup dans un budget modeste. Les personnes ayant un loisir manuel qui requière des produits le comprendront aisément. De tous temps, et peut-être plus vers la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième siècle, les artistes "démunis" ont souffert de ce manque de matériel, et parfois même cruellement. Souvenons-nous de Vincent Van Gogh, d'Alfred Sisley, d'Amedeo Modigliani, ou de Paul Gauguin qui, à l'inverse de ses confrères, quitta une situation confortable et tomba dans le dénuement total. Bienheureux tout de même, l'artiste peintre n'est pas fatalement condamné à "survivre" pour exercer son art. Il peut, avec un certain facteur de chance, se faire de son vivant ce que l'on appelle un "nom". Cela sera la réussite, le passeport pour la reconnaissance. Sans ce fameux " nom", on ne lui accordera qu'un mérite d'estime ou de complaisance. Mais si un jour il est étiqueté, catalogué, reconnu, et pourquoi pas sponsorisé, la transformation sera magique. Il ne sera plus un simple créateur, mais deviendra un maître, un génie. Il sera un placement à taux défiant toute concurrence, une valeur montante et un moyen de spéculation. Un jour, on n'achète plus ce que le tableau représente comme œuvre visuelle, destiné à satisfaire l'imagination et la rêverie, mais ce qu'il représente en valeur commerciale, apte à glorifier un compte en banque. Un jour, seule la signature et l'authenticité de l'œuvre ont valeur de création. Mais l'artiste véritable ne se fixera pas comme but la réussite, il se fixera la continuité de son œuvre. Il a en lui la flamme de la création. Qu'elle devienne un grand feu ou s'étiole en une faible étincelle, jamais il ne cessera d'être. Et si il lui fallait un encouragement, je lui demanderais de méditer sur cet extrait de Vincent Van Gogh écrivant à son frère Théo : "....Voilà ce que nous dirons, et nous le dirons en chœur, si tu veux bien. Nous serons pauvres et nous souffrirons de la misère aussi longtemps qu'il le faudra, comme une ville assiégée qui n'entend pas capituler, mais nous montrerons que nous sommes quelque chose".

Bruno BRISON Article paru dans "Le Vilain Petit Canard" numéro 3 (oct/Nov/Déc 1995)

Voici une petite sélection en image de mon parcours artistique.

1985

                       

                       

1986

           

1987

               

1988

                       

                       

1989

                       

                       

                       

                       

                       

1990

                       

                       

1991

                       

                       

                       

                       

                       

               

1992

                       

                       

                       

                       

                       

       

1993

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

               

1994

                       

                       

                       

                       

   

1995

       

                   

1996

                   

                   

1997

               

1998

       

1999

       

2000

           

2001

                   

2002

                   

2003

   

2004

                       

2010

                       

bruno.brison@orange.fr

CONCEPTION © bruno brison Décembre 2014

1985